menu
Élections municipales 2020

Programme

Un jour, une action : sauvegarder la brévinière en transformant la villa en un lieu culturel
 
Notre ville possède un patrimoine riche, avec de nombreuses maisons remarquables liées à l’histoire de notre ville. Un des objectifs de la municipalité était de protéger ce genre de lieux. C’est pourquoi nous avons mis en place une Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP). L’AVAP permet de protéger et de mettre en valeur le patrimoine bâti et naturel d’une ville et l’évolution de la ville tout en respectant son harmonie et son identité.
Elle a été depuis remplacée par les « Sites Patrimoniaux Remarquables » (SPR), qui ont le même principe.
Nous avons été ambitieux et retenus une zone, large, pour protéger au mieux.
A l’intérieur se trouve des villas remarquables dont celle de la brévinière dans le centre de l’Océan. Celle-ci, vous n’avez pas pu le manquer, est dans un état « déplorable ». Il est nécessaire de la sauvegarder.
 
Qu’avons-nous prévu ? Nous avons travaillé et réfléchi à un projet pour la protéger mais aussi la mettre en valeur et l’ouvrir au public.
Dans un premier temps, nous allons contacter le promoteur venant de racheter cette villa. Nous avons en effet réfléchi à un montage financier pouvant l’intéresser et parallèlement, nous avons travaillé à un projet réaliste pour développer ce lieu. Concrètement, nous imaginons restaurer le bâtiment pour en faire un musée sur l’histoire balnéaire de notre ville, avec des expositions qui tourneraient.
A l’extérieur, le parc sera aménagé et ouvert au public. Il accueillera là aussi des expositions, mais aussi des animations musicales et des événements réguliers.
Cela se fera en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires culturelles (DRAC) et d’autres financeurs et mécènes.
Avec ce projet, les brévinois se réapproprieront ce lieu emblématique de notre ville qui pourra être visité par tous à l’année et deviendra un espace culturel majeur au sein du quartier balnéaire.








_____________________________________________
Un jour, une action : mieux gérer les eaux pluviales
 
Un sujet ô combien d’actualité…même si aujourd’hui le soleil se montre (enfin !). Nous avons tous pu nous apercevoir qu’il restait beaucoup à faire dans ce domaine, même si la situation était un peu exceptionnelle et toutes les villes touchées.
Ce sujet, nous l’avons anticipé. Il faut savoir que la compétence eaux pluviales a été transférée à la CCSE (Communauté de Commune Sud estuaire), qui a mené une réflexion au sein des 6 villes (Saint-Brevin, Corsept, Frossay, Saint-Père-en-Retz, Paimboeuf et Saint-Viaud). Le constat de départ était simple : chaque année, trop de débordements d’eaux usées déversées dans le milieu naturel, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer sur la biodiversité locale
 
Quelle décision ? Et la CCSE a décidé de lancer une étude globale à l’échelle des différents bassins versants afin de modéliser notre réseau des eaux pluviales et d’en conclure un programme de travaux. Un plan d’investissements sera ainsi déployé sur les dix ans à venir, à raison de 20 millions d’euros investis dont 10 consacrés à l’amélioration du réseau en lui-même. Par ailleurs, des travaux seront menés pour mettre à niveau les stations d’épuration du territoire et sécuriser les postes de relèvement. Des campagnes de contrôle sont également prévues pour vérifier la conformité des branchements du réseau privé.
Un point particulier pour notre ville : les eaux de baignade et leur analyse. En complément des prélèvements et analyses périodiques réalisées par l'Agence Régionale de Santé, nous avons conclu un protocole avec une société privée, qui prévoit 3 analyses par semaine avec ensuite des analyses complémentaires en cas de dépassement des seuils.  Après chaque orage nous effectuons systématiquement des analyses supplémentaires de nos eaux de baignade.
Notre objectif général est de continuer ces analyses, cette attention, tout en améliorant progressivement la gestion des eaux pluviales.






__________________________________________
Un jour, une action : mettre en œuvre le PCAET
 
Mais qu’est-ce donc le PCAET ? Sous ces initiales se cache un outil très important pour le futur de notre territoire : le Plan Climat Air Energie Territorial. Cette démarche de planification stratégique et opérationnelle, engagée au niveau de la Communauté de Communes du Sud Estuaire, a pour vocation à mettre en œuvre la transition énergétique et climatique du territoire.
La CCSE a mené la démarche en parallèle avec les quatre autres intercommunalités du PETR du Pays de Retz (Pornic Agglo Pays de Retz, Sud Retz Atlantique, Grand-Lieu). Objectif : avancer en cohérence et susciter les synergies entre territoires. Fin 2018, un diagnostic du territoire a été réalisé et a servi de base à l’élaboration d’une stratégie énergétique avec, à la clé, des objectifs chiffrés à l’horizon 2050.
En juillet 2019, 41 actions ont été arrêtées par la Communauté de Communes. A l’issue de la consultation du public (du 9 décembre au 10 janvier), une synthèse des observations et des propositions a été rédigée et le PCAET a été arrêté lors du dernier conseil communautaire de la mandature le 20 février.
 
Mais concrètement ? L’objectif principal de ce plan d’actions est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, préserver la qualité de l’air et adapter le territoire aux effets du changement climatique.
Un plan d’actions très fourni, avec donc de nombreuses fiches sur des thèmes divers et variés, mais toujours importants. Les enjeux dépassent l’aspect purement environnemental car, lorsqu’elle est cohérente et ambitieuse, une stratégie climat-air-énergie favorise le développement économique d’un territoire, la croissance de son attractivité et la qualité de vie des habitants.
Exemples d’actions : encourager le développement du solaire, de la géothermie et de la méthanisation, favoriser le développement de l’offre commerciale et alimentaire locale (services et commerces de proximité) et mettre en œuvre le Programme Alimentaire Territorial pour concilier les enjeux alimentaires, agricoles et environnementaux
Des objectifs chiffrés de diminution de production de gaz à effet de serre, de CO2, d’énergie consommée…etc sont notés et seront poursuivis. En effet, cette stratégie consiste bien à respecter ces objectifs chiffrés à horizon 2050.
La concertation, qui a généré la mobilisation d’acteurs du territoire, la participation du public et l’implication des services de la collectivité, devra être maintenue. Il est important que chacun s’approprie ces mesures.
La dynamique de transition énergétique sur le territoire est ainsi engagée, et perdurera grâce au suivi de réalisation de ce plan d’actions. Appliquer le PCAET est une nécessité.









_______________________________________________
Un jour, une action : développer la participation citoyenne
 
Nous avons déjà un peu évoqué ce sujet en vous présentant d’autres actions. Notamment lorsque nous avons parlé des permanences de quartier, des lieux d’échanges avec les élus sans rendez-vous sur tous sujets, tous les trois mois dans 4 endroits différents de la ville et qui ont eu lieu durant tout le mandat (soit 88 au total). Mais aussi, cette participation citoyenne s’est traduite ces dernières années par des réunions publiques sur différents sujets, qu’ils soient généraux (ordures ménagères, grand débat...) ou plus particuliers (voirie…). Les commissions extra-municipales, impliquant des habitants, ont aussi eu un rôle important, comme le conseil des sages, la commission mixte environnement ou le conseil des enfants. Et nous avons mis en place des citoyens référents attentifs à notre ville. Il est nécessaire de continuer et de renforcer encore plus l’implication des habitants.
 
Demain ? Cela recoupe certaines créations déjà évoquées.
Ainsi, dans le domaine culturel, nous souhaitons créer une commission mixte de la culture, sur le même modèle que celle sur l’environnement, permettant de réunir habitants, élus et associations et de travailler à de nouvelles actions culturelles et à une harmonisation.
Dans le domaine sportif, c’est l’Office Municipal des Sports, évoqué précédemment, qui aura un rôle s’y rapprochant, permettant de développer le dialogue avec les associations sportives.
Dans le domaine environnemental, une vigie du littoral sera mise en place avec l’objectif de surveiller l’évolution des plages.
Les citoyens seront également mis à contribution via la création de référents de quartier. Réunis, ils formeront un conseil de citoyen, dont un des rôles importants sera de donner un avis sur les actions proposées au budget participatif. Car pour rappel, chaque année, une somme sera budgétée et consacrée à des actions émanant des habitants.
Enfin, une réunion publique sera organisée chaque année afin de faire un bilan sur ce qui a été fait et ce qui va être fait.
Bien évidemment, les commissions extra-municipales, déjà existantes, seront reconduites, tout comme les référents citoyens, la journée citoyenne, les permanences de quartier et les réunions publiques. L’objectif : concerter et impliquer au mieux les habitants dans l’évolution de leur ville.








_______________________________________________
Un jour, une action : améliorer la connexion numérique
 
Que l’on soit d’accord ou non, un constat est désormais évident : il est difficile de se passer d’internet. La révolution du numérique a modifié radicalement la façon d’accéder à l’information et a transformé la relation entre les usagers et les services publics. Dans la France du XXIe siècle, internet est devenu un outil incontournable de la vie sociale, de l’insertion socioprofessionnelle et de l’accès à des services essentiels comme la formation ou l’emploi. Pour autant, selon le gouvernement, aujourd’hui, près de la moitié des Français n’ont pas accès à une connexion performante, et 13 millions de Français se disent en difficulté avec le numérique. Dont de nombreux brévinois. Il est donc nécessaire de faire le maximum dans ce domaine même s’il ne dépend pas toujours de notre compétence.
 
Prochainement ? Plusieurs sujets ont été ciblés. Déjà, nous souhaitons proposer du wifi aux associations dans les salles brévinoises. En effet, c’est devenu une nécessité au quotidien. Pour prendre un exemple, les associations sportives en ont besoin lors des compétitions pour informer au mieux.
De même, et après de nombreux échanges, la fibre va être prochainement installé par le Département, compétent en la matière, à Saint-Brevin. Cela ne s’est pas fait sans heurts puisque nous avons voté une motion fin 2018 empêchant un passage par voie aérienne, et le rajout de nouveaux poteaux qui va avec. Le Nord de la commune est le premier secteur concerné par cette installation importante. La carte prévisionnelle : https://numerique.loire-atlantique.fr/jcms/etes-vous-eligible-/suis-je-eligible-au-haut-tres-haut-debit-fr-rp1_59160
Il est aussi nécessaire de renforcer la nécessaire inclusion numérique. Le guichet unique permettra notamment d’aider à ces démarches et à cet apprentissage. Enfin, nous réfléchirons à implanter du wifi gratuit dans certains secteurs notamment touristiques (centre-ville, front de mer…).






_____________________________________________________________________
Un jour, une action : défendre les établissements publics médico-sociaux de Mindin
 
C’est un sujet primordial pour notre ville dont vous avez dû entendre parler. Essayons de résumer. Les établissements publics médico-sociaux de Mindin sont liés à l’histoire de notre ville. Il s'agit du plus gros employeur du territoire. Nous l’avions d’ailleurs rappelé en évoquant le Lazaret.
Or, en mars 2019, lors d’une conférence de presse, les vice-présidentes du Conseil Départemental (nb : le président n’a pas jugé bon de se déplacer et refuse toute communication sur ce sujet…) et l’Agence Régionale de Santé ont annoncé la délocalisation de l’ensemble des établissements de Mindin.
Une décision grave aux multiples conséquences pour les salariés et leurs familles, les résidents et leurs familles (qui n’ont pas été consultés), la ville et ses habitants.
Une décision prise sans aucune concertation, que les autorités décisionnaires justifient par le Plan de Prévention des Risques Littoraux.
 
Depuis ? Les élus, les syndicats, les agents, les habitants se sont mobilisés. Une pétition a été créée et largement diffusée. Une motion a été votée en Conseil municipal. Des communiqués pour mobiliser et sensibiliser l’opinion publique ont été envoyés. Parallèlement, Yannick Morez avait sollicité une rencontre avec le directeur de l’ARS et le Président du Département. Après plusieurs relances, il s’est rendu à l’ARS en octobre et au Département en novembre. L’ARS a évoqué comme justification la nécessaire inclusion. Or, à Saint-Brevin, nous travaillons déjà en étroite collaboration avec les établissements de Mindin et l’éducation nationale sur cette question essentielle. Ont ainsi été mises en place une classe Ribambelle à la maternelle Paul Fort et une classe Majorelle à la primaire Dallet. Sans oublier l’Association de Sport Adapté Mindinois (ASAM) qui vient de fêter ses 30 ans. Ou la participation des résidents à de nombreuses manifestations telles les dernières journées du Patrimoine. Philippe Grosvalet, le président du département, lui s’est voulu rassurant, rejetant la responsabilité de cette décision sur l’ARS. Sauf qu’à la suite, lors des conseils d’administration, l’annonce a été faite d’une répartition future (1/3 CCSE, 1/3 Saint-Nazaire et 1/3 Sud-ouest de Nantes) qui n’est pas satisfaisante. Cette décision, prise par quelques personnes sans consultation ni concertation, ne correspond pas à la réalité des lieux de vie et aux besoins.
 
Et maintenant ? C’est un sujet compliqué car nous n’avons pas le pouvoir de décision. Pour autant, nous ne nous résignons pas. Nous le devons aux salariés, aux résidents et aux brévinois.
Déjà, nous avons proposé des terrains qui sont, objectivement, totalement adaptés. Nous avons d’ailleurs fait trois propositions différentes dont une zone déjà disponible à l’heure actuelle. Ces terrains sont accessibles, desservis par un transport collectif gratuit, suffisamment grands et à des prix réduits.
Nous attendions aussi beaucoup du rendez-vous promis par le Président du Département et programmé en janvier pour explorer toutes les possibilités, en présence des différents organismes. Nous avions reçu une invitation, sauf que quelques jours avant, il a été annulé pour « une contrainte d’agenda » (...) avec une reprogrammation prévue « 1er semestre 2020 » (…) … Cette réunion devrait donc avoir lieu prochainement. Les élections départementales à venir vont aussi avoir un impact, le président refusant à l’heure actuelle tout dialogue avec les syndicats et employés.
Nous attendons aussi la rencontre, promise de longue date, au Ministère. Nous allons d’ailleurs écrire au Ministre.
Un dialogue consensuel, déjà tenté, ne fonctionne pas, et il est parfois nécessaire de bousculer les choses. C’est ce que nous essaierons de continuer à faire, en appui et soutien des syndicats et employés. Rappelant notamment les conséquences aberrantes de cette décision avec des millions d’euros investis récemment dans une blanchisserie et une cuisine centrale, qui ne pourront plus fonctionner. Sans compter la baisse des capacités d’accueil, la disparition d’emplois et de médecins aptes à répondre rapidement aux besoins.
La décision de délocaliser a été prise et les organismes décisionnaires ne reviendront pas en arrière. Pour autant, il faut continuer à se mobiliser afin de défendre une relocalisation la plus complète possible sur Saint-Brevin.








______________________________________________
Un jour, une action : améliorer nos équipements sportifs
 
Depuis décembre 2017, la ville de Saint-Brevin est officiellement labellisée ville sportive des Pays de la Loire avec 3 flammes. Une distinction à nouveau obtenue en décembre 2019 de la part du Comité Régional Olympique et Sportif. Ce label vient récompenser les efforts engagés sur ce mandat dans le domaine sportif notamment au niveau de l’amélioration des équipements. Pour en citer quelques-uns : la création d’un terrain synthétique, la réfection des vestiaires et de la tribune, le remplacement de l’ancien parquet du gymnase par un nouveau sol sportif, la réhabilitation de la salle polyvalente : nouveau sol, éclairage, isolation thermique et phonique, installation de chauffage… ou bien évidemment, la création d’un centre d’hébergement unique en Pays de Retz sur le site de l’ancienne piscine qui doit être achevé en mai 2020 (et objet d’un précédent « un jour, une action »).
De plus, avec ses 9 km de plages, Saint-Brevin accueille aussi de nombreuses manifestations sportives de plein air, comme, par exemple : le Fémiplage ou le Beach Soccer Tour ou dernièrement le championnat d’Europe de Blokart.
Mais cela montre avant tout aussi le dynamisme des associations sportives brévinoises et l’engagement des nombreux bénévoles qui ne comptent pas de leur temps.
Et pour cela, ces efforts, nécessaires, doivent se poursuivre afin que les pratiquants puissent exercer et disposer d’équipements adéquats.
 
Et maintenant ? Même si comme dit précédemment, des équipements ont été récemment améliorés, il reste beaucoup à faire. Notre ville a la chance de posséder de nombreuses associations sportives, les besoins sont donc importants.
Certaines améliorations ont déjà été imaginées et ciblées budgétairement. Ainsi, nous réaliserons un boulodrome qui permettra aux nombreux adhérents de ce club dynamique de pratiquer, enfin, dans de meilleures conditions, à l’abri. De même, la « bulle » des cours couverts de tennis n’est plus adaptée. Nous la remplacerons par une solution plus pratique et moins bruyante. Des aménagements sont aussi nécessaires au niveau d’autres sports comme l’athlétisme ou le club de boxe (qui à l’heure actuelle ne dispose pas de vestiaires et de sanitaires, ce qui n’est pas normal). Le nouveau centre d’hébergement de sports et de loisirs nous aidera aussi dans cette volonté de proposer des lieux plus adaptés tout comme le réaménagement du parking du Pointeau et la gestion des plages par la commune pour les sports nautiques.
En outre, une réflexion aura lieu au niveau de la Communauté de Communes Sud Estuaire concernant une nouvelle salle multi-activités, un investissement que l’on peut chiffrer à 7 ou 8 millions d’euros.
Bien entendu, financièrement, toutes les demandes des associations sportives, souvent légitimes, ne peuvent être satisfaites immédiatement. Il nous faudra prioriser et programmer au mieux, avec cette volonté, toujours, de développer la pratique sportive à Saint-Brevin.








_________________________________________________
Un jour, une action : réaménager le centre de l’Océan
 
Si vous avez suivi les « un jour, une action », vous savez que nous avions mentionné cette action comme un des trois grands projets ciblés au début de ce mandat avec la rénovation de la place du Marché et le boulevard Padioleau.
En effet, le centre de l’Océan, centre touristique, a grand besoin d’être repris. La voirie et plus globalement l’esthétique ne mettent pas en valeur notre ville et ses commerces. Les trottoirs ne sont pas adaptés, les personnes devant marcher sur la voirie. Il faut donc revoir et réaménager ce lieu important.
La voirie pose d’ailleurs une difficulté : en effet, elle appartient par endroit à la communauté de communes (principalement), à des privés ou à la ville, rendant plus compliqué administrativement le traitement de cet espace.
A noter que depuis l’été 2018, notamment pour sécuriser les déplacements des familles et pouvoir profiter des terrasses en toute sérénité, il a été décidé, en concertation avec les commerçants, de rendre la zone piétonnière durant la saison.
 
Et maintenant ? Nous allons réaménager ce centre de l’Océan.
Comme dit précédemment, c’est une nécessité pour la ville, ses habitants, ses commerces et les visiteurs.
Concrètement, ce projet se fait donc via la Communauté de Communes Sud Estuaire. Une étude a déjà été lancée.
Bien évidemment, il aura lieu en concertation avec les commerces et les habitants. Des réunions seront organisées pour discuter des possibilités. Comme pour le réaménagement de la place du Marché, il se fera donc sur plusieurs années entre la phase de concertation, les appels d’offres et la réalisation. Des subventions seront là aussi recherchées et obtenues au niveau de la CCSE.
A terme, on peut imaginer une voirie refaite et un espace agréable et mis en valeur, où chacun aura plaisir à se promener en toute sérénité tout en profitant d’animations et des commerces.








______________________________________________________________
Un jour, une action : développer l’accueil des cyclotouristes à Mindin
 
Nous l’avions mentionné dans une autre action : les grands itinéraires cyclables, nationaux et européens se rejoignent à un moment ou à un autre à Saint-Brevin, avec :
. Vélocéan : Itinéraire qui relie le Morbihan à la Vendée ;
. Eurovélo 6 et la Loire à Vélo
  • EV 6 ou EuroVélo6 Atlantique-mer Noire, enfin, est l’un des 14 itinéraires du réseau EuroVelo né à l’initiative de la Fédération Européenne des Cyclistes (ECF) en 1994. Son objectif est de suivre trois des plus grands fleuves européens, creusets de la civilisation européenne : la Loire, le Rhin et le Danube.
  • La Loire à Vélo, segment de l'EV6, propose une traversée de 800 km. Elle a été créée en 1995, au cœur de 2 régions (Centre et Pays de la Loire), et 6 départements (le Cher, le Loiret, le Loir-et-Cher, l’Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique).
Les dernières données de fréquentation Loire à Vélo / Vélodyssée collectées via l'éco-compteur installé Allée de la Loire à Saint-Brevin-les-Pins (proche du pont) indiquent d’ailleurs une fréquentation importante.
. Eurovélo 1 et Vélodyssée
- Eurovélo 1 qui parcourt l'Europe, de la Scandinavie au Portugal.
- Vélodyssée utilise cet EV 1 et constitue la plus longue « véloroute » française. Elle traverse la Bretagne depuis le port de Roscoff jusqu’à Hendaye sur la Côte basque, soit un parcours de plus de 1200 km.
L’année dernière, nous avons décidé de développer le point central d’arrivée au niveau de la place Bougainville à Mindin. Il existait déjà une aire d’accueil aménagée devant la salle de l’estuaire, et nous avions renforcé la signalétique, et nous avons rajouté un chalet d’accueil tout l’été, où les nombreux cyclotouristes étaient accueillis par un bénévole passionné, connaissant parfaitement les itinéraires et polyglotte. Chacun pouvait repartir avec un diplôme, une photo ou tout simplement se détendre.
 
Quel avenir ? Cet espace d’accueil, ce lieu plus généralement, est voué à se développer. Les chiffres le montrent : ce tourisme augmente chaque année. Il suffit d’ailleurs de se promener à Saint-Brevin pour le constater visuellement.
Il faut donc accueillir au mieux ces nouveaux touristes et en profiter. Pour cela, en lien avec le Département, la navette pour franchir le Pont a été pérennisée. Son amplitude a déjà été augmentée et on peut penser qu’au vu de la fréquentation très satisfaisante, cela continuera.
Les aménagements se poursuivront. L’espace d’accueil sera ainsi amélioré pour proposer un accueil dans les meilleures conditions. Avec l’office de tourisme, des diplômes, passeports de voyages (en lien avec les autres offices de tourisme) seront proposés. Le quartier de Mindin pourra profiter de cette offre touristique importante avec notamment le Serpent d’océan à proximité et le Musée de la Marine.
A noter que le tronçon entre Corsept et Saint-Brevin a été inauguré récemment et permet d’évoluer dans de superbes paysages, notamment dans la nouvelle zone Natura 2000 de l’Imperlay.
Enfin, comme partout en ville, nous poursuivrons nos aménagements doux, reliant les quartiers, et rajouterons des parkings à vélos sécurisés.







___________________________________________
Un jour, une action : animer notre ville
 
De nombreux événements sont organisés à Saint-Brevin. Des animations plus récentes comme Brev’de Jardin, la fête du vélo, la journée citoyenne, le week-end glisse, Un Noël à l’Océan...etc sont venues compléter des manifestations traditionnelles, plus anciennes, comme le festival pyrotechnique international, le festival côté mer, la fête de la moule, les foulées des dunes… Les différentes rencontres (cinéma, théâtrales, musicales) rythment aussi l’année. Les équipements existants sont parfaitement adaptés et permettent aux brévinois et visiteurs de profiter d’animations variées, de qualité et accessibles au plus grand nombre.
 
Et demain ? Nous nous appuierons sur l’existant et développerons avec tous les partenaires une proposition culturelle et d’animations encore plus ambitieuse, diversifiée et étoffée tout au long de l’année.
Les événements actuels seront reconduits. Ainsi, le festival pyrotechnique international, événement incontournable de la saison, se poursuivra, tout en cherchant de nouvelles façons de faire pour limiter l’impact sur notre environnement. Nous travaillons aussi à un autre événement d’ampleur en juillet cette fois.
Nous continuerons à venir en appui de notre riche et dynamique tissu associatif, pour leur permettre de développer, de monter des opérations et d’organiser des évènements tel par exemple, les foulées des Dunes, la fête de la moule, le corso fleuri et la parade brévinoise, rêve et voyage, le femi plage, le bal des pompiers, la fête de la mer… mais aussi exceptionnelles tel le championnat d’Europe de blokart en 2019. Notre nouveau centre d’hébergement de sports et de loisirs nous aidera d’ailleurs dans ce domaine.
Sans oublier les autres événements qui contribuent à animer notre commune : la fête du vélo, Un Noël à l’Océan, le week-end glisse, le rallye citoyen, la journée citoyenne, Brev’ de jardin, les animations de Noël…
Et sur le modèle de ces dernières années, nous compléterons progressivement l’offre proposée aux Brévinois, avec aussi des spectacles plus événementiels, tel « Tutu » récemment organisé à la salle Etoile de Jade, et des têtes d’affiche.
L’occasion d’une parenthèse idéale pour inviter famille et amis, faire des rencontres et découvrir de nouveaux talents. Ces animations seront aussi autant d’occasions de sortir et de réunir les habitants afin que tous puissent échanger, discuter, rire et partager des émotions diverses en toute convivialité. 






_____________________________________________
La deuxième partie de notre programme :

Photo Photo Photo
















_________________________________________________
Un jour, une action : protéger notre patrimoine arboré
 
Pour commencer, quelques chiffres. Le patrimoine végétal en ville représente une surface de 34 % contre 19 % pour la moyenne nationale. C'est l'équivalent de 472 terrains de football (source : https://www.nosvillesvertes.fr/data/insee=44154/name=Saint-Brevin-les-Pins).
On estime la présence à Saint-Brevin-les-Pins d’environ 95 000 Pins, de 2 000 arbres d'alignement, de 600 hectares de forêt privée et de 102 hectares d'espaces boisés classés. Du nord au sud, les parcs et jardins représentent une superficie de 20 hectares. Nous possédons la seule forêt dunaire de Loire Atlantique, la forêt de la Pierre Attelée, qui s’étend quant à elle, sur 41 hectares. C'est l'un des éléments principaux du boisement brévinois. Propriété du Conservatoire du littoral, son entretien est assuré par les services de la commune.
Les demandes d'abattage sont systématiquement étudiées et font l'objet d'une visite sur site par un agent spécialement en charge de la gestion du patrimoine boisé. Selon le zonage, c'est une déclaration préalable ou une demande simplifiée. Une replantation est demandée. Si des « dérives » sont constatées, nous réalisons un rapport qui est transmis au Tribunal.
Par ailleurs, des actions de sensibilisation à destination des plus jeunes sont menées régulièrement soit à l'initiative de la commune, soit en partenariat avec des associations. De même, la distribution d’arbres gratuite de la Sainte-Catherine vient de fêter son 40e anniversaire. Au fil du temps, au traditionnel pin sont venues s'ajouter de nouvelles essences : chênes, frênes, châtaigniers noyers, érables...
 
Et maintenant ? Nous allons renforcer la protection du patrimoine boisé communal à l’aide de différents outils juridiques. Nous le savons, la division de parcelle est favorisée par la loi ALUR qui a pour objectif de faciliter l'accès au logement et de limiter la consommation d'espace en densifiant, ce qui à Saint-Brevin nuit à la préservation du boisement dans les quartiers résidentiels. Mais la mise en place de l'AVAP (Aire de Valorisation de l'Architecture et du Patrimoine), devenu SPR (Site Patrimonial Remarquable) et approuvé le 20 février 2020, va permettre de pallier ce phénomène en créant des zones importantes sur la commune où la réglementation protégera davantage le boisement.
La priorité est bien la préservation du boisement existant mais notre patrimoine est vieillissant. Il faut conserver des pins bien sûr, qui représentent l'identité de la commune, mais les replantations doivent s'adapter aux différents quartiers de la commune.
Saint-Brevin bénéficie d'un patrimoine naturel exceptionnel. Il est également essentiel de maintenir, voire augmenter le boisement sur nos espaces publics, et de le mettre en valeur dans nos projets comme pour le réaménagement de la place du marché.
Face au réchauffement climatique, nous pensons qu'il faut aussi privilégier la biodiversité et tester toutes les variétés susceptibles de convenir à notre climat et à nos différents sols. Développer aussi des parcelles-test sur des espaces publics avec différentes essences est une option intéressante, c'est d’ailleurs déjà le cas sur certains espaces de la commune.
Nous poursuivrons bien évidemment les actions de sensibilisation, les opérations de replantation avec les scolaires, la journée citoyenne, la Sainte-Catherine…etc




___________________________________________________________
Un jour, une action : gérer sérieusement les finances de la commune
 
Aujourd’hui, nous allons évoquer un sujet très spécifique, mais essentiel, les finances communales.
Vous l’avez peut-être vu dans notre bilan en téléchargement sur notre site, nous avons réalisé durant les 6 dernières années plus de 24 millions d’euros d’investissement pour notre ville, sans emprunter ni augmenter le taux de la taxe d’habitation. Un montant plutôt important, avec comme principales dépenses la voirie (plus d’1 million 300 000 euros/an), l’entretien de nos espaces naturels, l’amélioration des bâtiments (écoles notamment)… et des projets structurants comme la rénovation de la place du Marché ou la construction d’un centre d’hébergement et de loisirs. A noter que nous avons baissé l’encours de la dette de près de 4 millions d’euros durant ce mandat (et il se monte désormais à 16 millions).
Mais, cela n’a pas toujours été aisé. L’Etat a en effet décidé de baisser fortement les dotations auprès des collectivités. Ainsi, nous avons perdu en cumulé, de 2013 à 2019, rien que sur la Dotation Globale de Fonctionnement plus de 3 400 000 euros. Sans oublier de nouvelles compétences transférées sans compensation (pluviales, gemapi, passeport…) qu’il a fallu absorber financièrement et humainement.
 
Et maintenant ? Il ne faut pas se mentir, il existe beaucoup d’incertitudes. Chaque année, pratiquement, nous devons nous adapter à de nouvelles décisions de l’Etat, non prévues.
Prenons la réforme de la taxe d’habitation par exemple, l’Etat a annoncé une compensation intégrale des collectivités. Sauf que pour Saint-Brevin, cette ressource était évolutive : nous percevions chaque année un peu plus, du fait de l’augmentation de notre population. Est-ce que la compensation sera réellement dynamique ? Rien n’est moins sûr.
Pour autant, il est nécessaire de se projeter et d’anticiper au maximum, comme nous l’avons toujours fait. Nous sommes d’ailleurs toujours prudents dans l’élaboration de notre budget quant aux ressources que nous allons percevoir. Tous les projets expliqués dans notre programme et dans les « un jour, une action » ont été évalués et sont réalisables durant le mandat. Bien évidemment, il faudra les étaler. Tout ne se fera pas en un an. Comme pour la place du Marché, certains, comme le boulevard Padioleau, devront être pensés, budgétés et réalisés sur plusieurs années. Nous continuerons aussi à rechercher systématiquement des subventions pour tout projet (35% d’ailleurs pour la place du Marché) et à mutualiser les services et les compétences, ce qui est nécessaire pour renforcer notre efficacité et diminuer les coûts.
En revanche, nous avons choisi de rester réalistes, de ne pas faire de propositions que nous savons irréalisables financièrement. Nous ne vous promettrons pas plusieurs salles sportives, cabinets médicaux, extensions d’équipements….
Parallèlement, nos priorités financières quotidiennes resteront inchangées (voirie, environnement, scolaires, culture et sport…) pour continuer à préserver et améliorer notre cadre de vie.






__________________________________________________________
Un jour, une action : utiliser notre nouveau centre d’hébergement et de loisirs pour répondre aux besoins et renforcer l’attractivité de notre ville
 
Hier, nous vous parlions d’une réalisation récente, la place du marché réaménagée, qui profite déjà à notre ville et à ses habitants. Dans la continuité, un autre projet, qui lui est en cours d’achèvement, va aussi avoir cet effet en répondant à des besoins exprimés tout en renforçant notre attractivité. Il s’agit de la création d’un centre d’hébergement et de loisirs, à la place de l’ancienne piscine.
Décidé en 2018, il est issu de la volonté de répondre à des besoins associatifs, familiaux, tout en proposant aussi un lieu unique dans le Pays de Retz, permettant d’attirer et d’accueillir des stages et manifestations exceptionnelles.
Concrètement, les travaux, débutés à l’été 2019, concernent l’ancien bâtiment qui est conservé, rénové et équipé en locaux sportifs ou de stockage, et une extension qui est créée. Celle-ci comprendra à terme, au rez-de-chaussée, un accueil à destination du public, un bureau pour la gestion administrative et deux salles polyvalentes de 200 m² et 150 m², qui serviront notamment pour des activités sportives, sociales ou culturelles. L’étage sera consacré quant à lui à l’hébergement avec dix chambres-dortoirs de huit lits chacune et deux logements dédiés aux personnes en difficulté (un studio et un T2).
A noter que ce bâtiment s’inscrit de manière harmonieuse au sein du complexe sportif existant et répond aux différentes normes environnementales.  Économe en énergie, sa structure est composée d’un bardage en bois et en zinc avec un patio intérieur aménagé et paysagé qui apportera une lumière naturelle à l’ensemble.
 
Et ? Les travaux doivent s’achever en mai prochain.
Les premiers locataires pour cet été sont connus puisqu’il s’agit des stages Jean Vincent. Leur lien historique avec notre ville est apprécié et nous souhaitions les conserver. Cette nouvelle structure répond parfaitement à leurs besoins et permettra aux jeunes footballeurs de vivre au mieux leur passion. Mais pas seulement, d’autres stages pourront ainsi être accueillis tout au long de l’année dans des conditions optimales. Nous pourrons aussi répondre et accueillir des évènements de plus grande ampleur, ce qui était impossible jusque-là, renforçant l’attractivité et la renommée de Saint-Brevin. Les associations vont profiter de nouveaux lieux permettant de mieux répondre à certains besoins exprimés.
Enfin, un aspect très important : la capacité d'héberger en nuitées 80 personnes, avec des salles de réceptions dédiées, permettra aux Brévinois de répondre, entre autre, à des besoins pour des rassemblements familiaux type mariages, anniversaires, cousinades etc..
Ce nouvel équipement structurant va sans nul doute contribuer pleinement au développement et au dynamisme de notre ville.






_________________________________________________________
Un jour, une action : s’appuyer sur la place du Marché réaménagée
 
Ce réaménagement, vous n’avez pas pu le manquer. En effet, ce projet avait été ciblé prioritairement au début du mandat. La place ne mettait jusque là pas en valeur notre environnement, les commerces, tout simplement notre ville. Il y avait donc besoin d’un projet ambitieux pour la rénover. De 2014 à 2017, des visites sur site, des ateliers en mairie, des études-promenades, des réunions avec le cabinet d’architectes urbanistes chargé de l’étude ont eu lieu, réunissant de nombreux brévinois. A partir de ces pistes de réflexion, un projet a été élaboré, présenté et discuté à plusieurs occasions notamment lors de réunions publiques. Le réaménagement a ensuite été lancé en septembre 2018 avec l’objectif de développer l’attractivité du centre-ville avec des zones dédiées aux déplacements doux (cyclistes, piétons), du mobilier urbain et des espaces verts. 
Les travaux se sont achevés récemment. Elle n’a toutefois pu être inaugurée officiellement du fait des conditions climatiques.
Il est à noter qu’un soin particulier a été porté à l’accessibilité de cet espace aux personnes à mobilité réduite. Des équipements spécifiques ont donc été implantés : places de stationnement, respect des seuils, création de pentes douces... L’éclairage public a été aussi entièrement revu. Dotés de points lumineux LED, ces nouveaux candélabres, plus économes en énergie, contribuent pleinement à mettre en valeur cet espace.
Le résultat est très satisfaisant, avec de nombreux retours positifs de brévinois et de visiteurs.
 
Et maintenant ? Un tel aménagement, il faut le faire vivre et c’est bien là notre objectif.
Les concerts qui ont été organisés cet été ont d’ailleurs montré tout l’intérêt du lieu, mettant en valeur les différents spectacles. Les Brévinois se sont réappropriés l’espace, déambulant dans les allées des marchés du jeudi et du dimanche qui sont mieux mis en valeur.
Une halle pour un marché couvert sera d’ailleurs installée : elle avait été prévue dés l’origine du projet, pensée et à la charge du prestataire du marché.
Nous développerons aussi de nouvelles manifestations, en appui des commerçants, toute l’année. A Noël, un sapin (plus grand que celui de cette année), une patinoire, un marché de Noël..etc pourront s’y tenir.
Nous sommes convaincus que cet aménagement, nécessaire au développement harmonieux de notre ville, permettra à terme de renforcer l’attractivité du centre-ville et de ses commerces.




Un jour, une action : proposer un chemin de découverte des bunkers
 
Une des actions fortes sur ce mandat au niveau culturel a été l’ouverture au public d’un bunker au Pointeau, la casemate 105C. Cet événement a été rendu possible grâce à l’association Bunker Archéo 44 et ses bénévoles passionnés. Notre ville possède un patrimoine militaire important avec un nombre de bunkers impressionnant, un patrimoine à découvrir et à comprendre. Pour autant, ils ne sont bien souvent pas mis en valeur. Cette nouvelle association a souhaité reconstituer comme à l’époque ce bunker. Dans les moindres détails avec une passion et un soucis remarquables. Pendant un an et demi, les bénévoles l’ont vidé des détritus qui le jonchaient, en ont extrait le sable qui le remplissait, l’ont rénové, repeint, réparé. Et l’ont rempli d’objets variés (armes, périscope, fusil-mitrailleur, lits…) et d’époque, acquis et conservés précieusement par les membres de l’association. La Mairie, consciente depuis le début de la richesse de ce patrimoine brevinois et de l’intérêt culturel de la démarche, les a aidés par du matériel et l’intervention des services techniques. Depuis son ouverture, et à chaque date proposée, le succès est au rendez-vous avec énormément de personnes accueillies.

Désormais ? Cela ne peut que nous encourager à continuer dans cette voie. Le bunker déjà réaménagé pourra toujours être visité, notamment par les scolaires. Nous avons aussi déjà réfléchi sur la suite avec l’association. Les possibilités sont là et attendent d’être mises en valeur. Il est ainsi imaginé, dans la continuité de la rénovation de la casemate 105 C, le développement d'un sentier conservatoire (« bunker route »). L'objectif serait notamment de dévoiler en premier la casemate 663a et de créer un véritable point de vue. Ensuite, d‘autres viendront. Cela compléterait les autres parcours imaginés ou mis en place, tel le parcours pédagogique et ses 8 panneaux explicatifs mis en place en décembre. Bien évidemment, cela ne pourra se faire sans l’association Bunker Archéo 44, en partenariat avec la DRAC, que nous sommes heureux d’accompagner dans leurs projets ambitieux et importants, qui mettent en valeur notre belle ville et son environnement.





__________________________________________________
Un jour, une action : construire une nouvelle gendarmerie
 
Hier soir, nous avions le dernier conseil communautaire de la mandature. A l’ordre du jour notamment : le projet de nouvelle gendarmerie. En effet, l’actuelle gendarmerie de St-Brevin, située sur le parc d’activités de la Guerche, présente des locaux petits et vétustes qui nécessitent sa complète réhabilitation. La communauté de communes sud estuaire est le propriétaire de ces locaux. La gendarmerie est un partenaire essentiel avec qui nous souhaitons développer les liens afin d’assurer au mieux la sécurité des Brévinois. Il nous fallait donc agir. A noter que la brigade de Saint-Brevin compte 1 officier, 13 sous-officiers et 4 gendarmes adjoints volontaires.
 
Et maintenant ? C’est donc un sujet qui avait été anticipé en lien avec la Communauté de Communes. Ainsi, la CCSE a entamé des démarches depuis 2018 pour la construction d’une nouvelle caserne. Le terrain, situé à proximité, avait été acheté et hier soir, les élus ont approuvé le lancement d’un concours à maîtrise d’œuvre en vue de sélectionner l'architecte du futur programme. Le projet avance donc. Ce nouveau bâtiment, plus accessible et moderne, permettra un accueil facilité. Nous développerons la coopération entre nos services et la gendarmerie afin d’être toujours plus réactifs et d’avoir une ville apaisée. Ils pourront s’appuyer sur les référents citoyens que nous avons mis en place sur ce mandat, un dispositif que nous renouvellerons.





__________________________________________________
Un jour, une action : offrir aux habitants un meilleur accès aux soins

La pénurie de médecins est une problématique nationale et notre ville est touchée. 6 médecins Brévinois sur 10 ont ainsi plus de 60 ans. En 2017, le Conseil de Développement Sud Estuaire, piloté par Jean-Pierre Gournay, un élu qui s’est consacré à ce dossier primordial, avait étudié cette question. S’appuyant sur leur diagnostic, nous avons ensuite organisé de nombreuses réunions réunissant les professionnels de santé et les partenaires (Agence Régionale de Santé, Caisse Primaire d’Assurance Maladie…etc).
 
Et ? Nous avons décidé d’agir pour pallier rapidement ce problème.
Ainsi, un projet de pôle de santé pluridisciplinaire rassemblant des paramédicaux et des médecins est en cours de constitution. Nous les avons aidés à se regrouper et rencontrer un promoteur pour la construction de ce pôle. L’ouverture devrait se faire au maximum dans 3 ans.
En attendant, nous avons créé un Centre Municipal de Santé après de longues et nombreuses discussions avec l’ARS où exerceront 2 médecins généralistes (3 si nécessaire) salariés par la commune avec 2 secrétaires pour toutes les charges administratives dont le tiers payant généralisé pour tous. Il se situera dans les locaux de l’ancienne poste de l’Océan, un lieu adapté pour recevoir les Personnes à Mobilité Réduite. Le recrutement des médecins est en cours pour une ouverture au Printemps.
Par ailleurs, une Communauté Professionnelle Territoriale de Santé est en projet au sein du Pays de Retz pour assurer un véritable réseau entre tous les professionnels et l’hôpital pour un accès aux soins pour tous.
Un seul but : un médecin traitant pour chacun. C’est bien là notre priorité.





______________________________________________
Un jour, une action : proposer une application mobile
 
La communication est un domaine important pour la Municipalité. Il s’agit d’informer au mieux les Brévinois sur tous les sujets. Pour cela, différents outils existent, certains ayant été créés récemment pour renforcer cette communication auprès des habitants.
Pour en citer quelques-uns, nous avons le Brev’ infos, spécifique à Saint-Brevin et réalisé totalement en interne (3775 exemplaires par semaine + la diffusion numérique), le Saint-Brevin Mag, tous les deux mois (9100 exemplaires) ou le site internet de la ville, qui a évolué début 2019 afin de le rendre responsive, accessible à tous et plus dynamique (entre 15 000 et 20 000 visites par mois désormais). Sans oublier les newsletters, la webcam, les communiqués de presse, les affiches (réalisées en interne, dont certaines très originales, comme pour alerter sur la vitesse en détournant le film « les oiseaux »)… Des réseaux sociaux ont aussi été créés comme Instagram et Facebook début 2019.
Nous souhaitons continuer ces améliorations récentes pour communiquer le mieux possible auprès des habitants.
 
Comment ? Les outils de communication évoqués seront bien entendu conservés, tout en y apportant des améliorations si besoin. Surtout, nous souhaitons créer de nouvelles possibilités. L’’un d’entre elles consiste en la mise en place d’une application mobile du style « intramuros ». Simple d’utilisation, elle permettra aux Brévinois d’être informés en temps réel des actualités de leur commune. Les prochains événements, les comptes rendus de conseils municipaux, les menus des cantines, l’annuaire des associations et des commerces, ou encore les travaux en cours seront consultables gratuitement par tous. Une fonction « alerter ma mairie » offrira la possibilité d’interpeller directement les élus, qui pourront aussi à leur tour interroger leurs administrés à travers de petits sondages. Renforcer le contact, l’information et le lien avec les habitants, tel sera l’objectif de cette application, qui complétera les autres modes de communication (journal municipal, site internet, réseaux sociaux, réunions, permanences de quartier…etc).




__________________________________________________
Un jour, une action : créer un Office Municipal des Sports

Notre ville a la chance de posséder un tissu associatif, riche et dynamique, dans tous les domaines : environnement, humanitaire, culturel…et bien entendu sportif. Grâce à de nombreux bénévoles qui s’investissent et donnent de leur temps, les Brévinois peuvent pratiquer de nombreuses activités.
Pour les y aider, nous accompagnons les associations sportives par une aide financière et matérielle, et essayons progressivement d’améliorer les équipements. Sur ce mandat, nous avons ainsi notamment rénové le Parc des Sports (terrain synthétique, tribune…etc) ou créé un centre d’hébergement.
Pour autant, et sur le modèle existant de l’environnement (commission mixte de l’environnement) et futur pour la culture (commission mixte de la culture), nous souhaitons renforcer les liens, le dialogue et la concertation entre les associations sportives et la Municipalité. C’est pourquoi nous souhaitons créer un Office Municipal des Sports.
 
Qu’est-ce que c’est ? L’Office Municipal des Sports est une association loi 1901. Il est destiné à être le facilitateur d’échanges et d’interactions entre les associations sportives et la collectivité et à fédérer les motivations et compétences associatives sur notre territoire pour construire des projets partagés.
L’objectif : renforcer les relations de confiance et développer les capacités à travailler ensemble, tout en étant l’outil d’aide à la décision en améliorant la légitimité et la pertinence des décideurs. De nombreuses villes ont ainsi mis en place cette structure qui permet d’évoquer ensemble tout sujet et d’aboutir à des décisions partagées.
Intervenant dans la formation des dirigeants, éducateurs et encadrants de jeunes, l’OMS pourra également être chargé de répartir la subvention allouée par la Municipalité aux différents clubs sportifs. Sans compter que nous comptons dessus pour développer le sponsoring et la mise en valeur de jeunes sportifs méritants et prometteurs (aide financière, communication…) dans toutes les disciplines, notamment via de nouvelles manifestations tel un trophée des sports.
Au final, notre Office Municipal des Sports sera un partenaire actif au développement des projets sportifs, en lien avec les associations.





_________________________________________________
Un jour, une action : proposer une restauration de qualité

Vous ne le savez peut-être pas mais Saint-Brevin a une spécificité concernant la restauration scolaire : l’existence d’une cuisine centrale. Ainsi, tout est réalisé le matin même, permettant d’assurer une qualité optimale. Et de contrôler les coûts pour les familles. Une étude dans la presse avait montré que nous étions les moins chers du Pays de Retz.
Une dizaine de cuisiniers se relaient ainsi dans une cuisine parfaitement équipée. Pour cela, ils disposent d’un matériel digne des chefs étoilés pour la préparation des repas, encadrés par leur responsable, qui est aussi diététicien. Il suit les recommandations du GEMRCN (Groupe d’Étude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition) qui a établi un document de référence sur l’équilibre alimentaire en lien avec le ministère de l’économie des finances et de l’industrie. Ce référentiel détermine les quantités et les fréquences auxquelles doivent être mangés les aliments en fonction également de leurs catégories (crudité, viande, féculent, etc.).
Par ailleurs, nous privilégions les circuits courts et des menus exceptionnels sont proposés : Pays de Retz, irlandais, grec…
Au total, plus de 120 000 repas sont servis chaque année.
 
Quelles améliorations ? Comme vous avez pu le constater, nous avons une restauration déjà très appréciée et performante. Il reste toutefois des pistes d’amélioration. Les prochaines étapes consisteront à étudier et mettre en place différentes possibilités de lutte contre le gaspillage alimentaire et l’utilisation en plus grand nombre de produits bio dans la préparation des repas, en adéquation avec la loi EGALIM. Nous poursuivrons nos actions (repas à thèmes par exemple) et continuerons à travailler pour une alimentation saine et durable (avec l’aide de la commission dégustation) et une hygiène parfaite (contrôlée et reconnue par les services de l’Etat). L’objectif principal étant que les enfants goûtent à chaque plat et découvrent de nouvelles saveurs.







______________________________________________
Un jour, une action : diversifier l'offre de logements

Saint-Brevin est une ville attractive, dynamique, qui attire. Au 1er janvier 2020, elle compte officiellement 14 104 habitants (population totale). Pour information, l’INSEE mentionne dans son recensement 12 932 logements. Nous accueillons aussi régulièrement des stages, des jeunes travailleurs, des sauveteurs… qu’il faut pouvoir loger. Le centre d’hébergement en construction à la place de l’ancienne piscine va d’ailleurs nous permettre de continuer à recevoir les Stages Jean Vincent, historiquement liés à notre ville, et de proposer de nouvelles possibilités pour les manifestations et associations tout au long de l’année. Pour évaluer les différentes situations vécues par les jeunes travailleurs du territoire, une étude a été menée par la Communauté de Communes Sud Estuaire auprès des acteurs du territoire fin 2019 : élus et techniciens des collectivités, CCAS, Mission Locale, Maison des jeunes, agences d’intérim, agences immobilières, club d’entreprises, groupe de jeunes de 16 à 30 ans, etc. Un questionnaire avait par ailleurs été adressé aux entreprises. Plusieurs constats ont ainsi été établis, parmi lesquels : rareté des hébergements temporaires pour les apprentis, les stagiaires et les saisonniers, manque de logements d’urgence pour les jeunes en insertion, pénurie de logements à faible coût.
 
Et maintenant ? Nous augmenterons et diversifierons les possibilités de logements sur notre ville (accession à la propriété, locatif, logement pour les jeunes…). Concrètement, nous allons construire et gérer une résidence "Habitat des jeunes" de 20 logements. Nous proposerons aussi, en accord avec les préconisations de l’étude, la réalisation de petits logements indépendants (T1, T2) et de logements sociaux. Un dispositif d'accueil, d'information et d'accompagnement des jeunes sera également mis en place. Pour le logement saisonnier, il s’agit notamment de développer l’hébergement chez l’habitant en s’appuyant sur le bail mobilité (loi Elan) et de poursuivre la convention avec le CFAB pour la gestion de sa résidence par la CCSE en période estivale.





__________________________________________________________________
Un jour, une action : transformer le boulevard Padioleau et le front de mer des Pins

Nous vous avons parlé précédemment de notre volonté de reprendre la gestion des plages et de réaménager le parking du Pointeau. Ces actions font parties d'un objectif global, celui de mettre en valeur et de développer l'attractivité de notre littoral. Dans ce cadre, vous vous en doutez, un lieu ne doit pas être oublié, au contraire vu son importance ; le boulevard Padioleau et le front de mer des Pins. Pour ne rien cacher, en 2014, au début du mandat, trois projets structurants avaient été évoqués : la place du Marché, le centre de l'Océan et, bien entendu, le boulevard Padioleau. Ce projet, bien plus onéreux que la place du Marché, ne pouvait se faire sans la maîtrise des plages (pour lier le tout) mais surtout pour des raisons financières évidentes du fait de la baisse très forte des dotations de l'Etat (pour information, à Saint-Brevin, nous avons perdu 3 400 000 € sur la Dotation Globale de Fonctionnement sur les dernières années...). Cette tendance ne va d'ailleurs pas s'inverser. Toutefois, nous ne l'avions pas oublié, voyant tout le potentiel économique, touristique, de promenade, de ce lieu.

Dorénavant ? Nous comptons repenser ce secteur. Attention, il ne s'agit pas juste de refaire de la voirie mais bien de réaménager complétement l'espace d'où des coûts conséquents, qui devront être évalués et anticipés, via notamment la recherche active de subventions (comme pour la place du Marché). Les stationnements seront revus, une piste cyclable, dédiée, créée, du mobilier installé et une promenade agréable, sécurisée, mettant en valeur l'environnement, imaginée. Celle-ci profitera du récent parcours pédagogique mis en place (et d'autres dont nous vous parlerons plus tard), qui rencontre beaucoup de succès. Comme nous vous le disions en préambule, ce réaménagement est aussi lié à la réappropriation de l'espace public maritime, où nous proposerons différents lots (cabines de plage, jeux, restauration...etc). C'est un nouveau projet ambitieux et nécessaire pour notre ville.



 

 

___________________________________________________
Un jour, une action : réaménager le parking du Pointeau

Le parking du Pointeau est un espace important. Situé en dessous du Centre Nautique "Laurent et Yvan Bourgnon", ce lieu accueille principalement les nombreux pratiquants de sports nautiques tout au long de l'année. Des manifestations y sont organisées comme la fête de la moule ou des vide-greniers. Nous avons aussi permis depuis deux ans à des professionnels de s'installer afin de compléter et proposer une offre toujours plus complète.

Quel projet ?  Comme nous l'avons expliqué dans une action précédente, nous souhaitons récupérer la gestion des plages. Mais il ne faut pas ouiblier ces lieux tout aussi importants, qui ne demandent qu'à être revus. C'est bien l'ensemble du littoral que nous voulons mettre en valeur. Et, esthétiquement, cet espace ne donne pas envie aux personnes de s'y promener, d'y rester, malgré son positionnement intéressant. Nous souhaitons donc le réaménager. En proposant un véritable lieu convival et renaturé. Pour cela, nous prévoyons des espaces verts, un restaurant, des locaux (qui respecteront une charte architecturale), du fleurissement, un espace de jeux...tout en conservant son rôle premier c'est-à-dire en maintenant un nombre important de places de parking (plus d'une centaine) et une aire de gréage. L'objectif est de donner envie aux Brévinois et visiteurs de s'approprier ce lieu et d'en profiter en famille. Cela va de pair avec notre volonté affichée de développer les sports nautiques à Saint-Brevin. Le plan d'aménagement a été réalisé, les professionnels sont intéressés : tout est prêt.

 



_____________________________________________
Un jour, une action : développer la médiathèque

La médiathèque est un service public municipal qui assure différentes missions culturelles confiées par la commune. Elle est le lieu, par excellence, de l'ouverture à la culture qui permet de répondre à la soif de savoirs, de connaissances, de découvertes exprimée par les enfants, les adolescents et les lecteurs de tout âge mais aussi un lieu de rencontres et d'échanges. Permettre l'accès à la lecture est une action citoyenne qui vise à l'autonomie et au bien-être des individus, notre souhait étant d'offrir à chacun un égal acès aux livres et à la culture. A Saint-Brevin, elle est gérée par une association, missionnée et financée par la municipalité.  Ouverte 24,5 h/semaine, elle accueille les visiteurs dans un bâtiment en coeur de ville, à proximité de la mairie.

Quel avenir ? Elle fait partie intégrante de notre politique culturelle et, tout comme elle, nous souhaitons donc la développer. Nous avons d'ailleurs rencontré les membres de l'association et étudié les possibilités. L'objectif premier est de renforcer la coordination entre les différents acteurs culturels de la ville afin de renforcer la cohésion entre nos événéments et actions. Celles-ci seront développées avec des manifestations, parfois décentralisées, ou des rencontres avec des écrivains. L'espace va aussi être réorganisé permettant, pourquoi pas, la tenue d'expositions ou d'événements. La médiathèque va par ailleurs profiter de l'installation de la fibre. Enfin, suite à un partenariat avec la bibliothèque départementale, nous allons augmenter le fonds documentaire. Toutes ces actions vont permettre de faire de la médiathèque un lieu d'animation incontournable de la vie culturelle locale. Il est en effet primordial de tout mettre en oeuvre pour favoriser sa fréquentation et offrir des prestations de qualité afin de développer l'envie de lire et, plus généralement, l'offre culturelle offerte à tous.

 




_____________________________________________
Un jour, une action : regrouper les services publics 

Faciliter les démarches administratives, tel est l'objectif que nous poursuivons. Il existe de nombreux organismes et il n'est pas aisé pour les Brévinois de s'y retrouver. C'est pourquoi nous avons essayé progressivement de simplifier et de réunir les services proposés. Avec cet objectif, nous avons inauguré sur ce mandat le pôle social réunissant le service intercommunal du Guipa/Clic, le guichet unique d'information aux personnes âgées et le CCAS de Saint-Brevin. Nous avons aussi mutualisé un certain nombre de services avec la Communauté de Communes Sud Estuaire pour renforcer l'efficience en décloisonnant les agents tout en réalisant des économies d'échelle. Service informatique, Ressources Humaines, Finances..etc, la liste s'agrandit. Le service Ordures Ménagères a quant à lui déménagé et se trouve désormais à côté de la Mairie.

Désormais ? Nous comptons continuer en ce sens. Nous avons d'ailleurs entamé les démarches pour une labellisation de l'actuelle Maison de Services au Public, située à Saint-Brevin et paimboeuf, en tant que "Maison France Service". Sous ce nom administratif se cache un nouveau dispositif gouvernemental. Nous comptons l'obtenir avec la volonté de proposer encore plus de services dans ce lieu. Pôle Emploi, Mission Locale, Inseretz, Cap emploi, CAF, sont les partenaires actuels. De nouveaux services y seront accueillis et proposés : CPAM, MSA, CARSAT, démarches ANTS. Nous continuerons à étudier toutes les mutualisations possibles. Il nous faut aussi anticiper les évolutions dues à une adaptation nécessaire à de nouvelles normes, à une volonté d'amélioration des services et au souhait de répondre à des demandes ou des besoins nouveaux. Plus grande proximité, plus grande accessibilité et qualité de service renforcée : là est notre volonté.

 


___________________________________________________________
Un jour, une action : poursuivre et développer les permanences de quartier

Dés le début du mandat en 2014, et même dés 2011, nous avons mis en place ce que nous avons appelé les permanences de quartier. Ces rendez-vous réguliers complètent les échanges de proximité mis en place avec notamment les réunions publiques, les rencontres, les manifestations comme la journée citoyenne...etc Ces permanences permettent de proposer une rencontre régulière sans rendez-vous ni inscription, entre les élus et les habitants, sur tout sujet. Le rythme est connu et annoncé : elles sont organisées tous les trois mois parallèlement dans quatre lieux. Au total, 88 permanences de quartier ont été effectuées sur ce mandat. Des liens se sont parfois créés entre les personnes, nouvelles ou habituées, satisfaites de pouvoir dialoguer aisément avec leurs élus, qu'ils peuvent identifier et vers qui ils peuvent revenir.

Et maintenant ? Nous souhaitons les reconduire, tout en les améliorant. Ces rendez-vous privilégiés entre élus et habitants, sans rendez-vous, doivent être maintenus. En revanche, nous changerons notre organisation afin de résoudre le principal problème à l'heure actuelle : le traitement des questions. En effet, chaque participant doit recevoir une réponse, qu'elle soit positive ou négative, à ses questions, ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle. De même, nous envisageons que certaines permanences puissent par moment se consacrer à un sujet précis du quartier, un sujet d'actualité. Ce thème serait annoncé au préalable dans nos outils de communication. D'autres améliorations (rythme, heure..etc), suite au retour des habitants, pourraient aussi être effectuées. Globalement, en développant ces permanences de quartier, nous souhaitons avant tout renforcer ce dispositif de proximité avec les habitants.






_________________________________________________
Un jour, une action : surveiller l'évolution des plages

Tout Brévinois le sait, les plages évoluent de façon impressionnante. Il suffit de comparer des visuels de différentes époques, même peu espacées, le constat est frappant. Notre ville a une spécificité : l'arrivée massive de sable sur nos côtes, à contrario de certaines villes qui doivent même, parfois, en acheter. Grâce à cela, nous avons une protection naturelle, une défense, contre l'érosion ce qui limite les risques de submersion marine. Le trait de côte (limite non figée entre la terre et la mer) ne recule pas sur Saint-Brevin, contrairement au reste du pays. Il nous faut donc en tirer les conséquences, réaliser les travaux nécessaires et accompagner au mieux ces phénomènes naturels. Pour autant, jusqu'à présent, il n'existait pas de données précises, permettant notamment d'aider les prises de décision et d'anticiper les évolutions. Nous souhaitons y remédier.

Comment ? Nous avons accueilli récemment un stagiaire GAED parcours CER (Cartographie des Espaces à Risques) de l'Université de Nantes pour qu'il se consacre à cette question. L'objectif : réfléchir à la mise en place d'une "vigie du littoral", un observatoire citoyen, qui permettrait de mieux appréhender les évolutions du trait de côte et ainsi de mettre en oeuvre des modes d'actions adaptés, tout en impliquant les habitants.
Concrètement, cela consiste à photographier différents sites, grâce à un présentoir aménagé, à des instants précis puis de retranscrire les informations sur une fiche de suivi, transmise à la mairie pour enregistrement et traitement. Le site de la Courance sera particulièrement surveillé. Nous ferons appel à des citoyens motivés, notamment des membres de la commission mixte environnement. Des photos par drone se rajouteront à ces observations. Cela complétera aussi l'observatoire des risques côtiers en Pays de Loire récemment mis en ligne. Le protocole est désormais écrit, il ne reste plus qu'à le mettre en oeuvre.

 





______________________________________________
Un jour, une action : accueillir un événement e-sport

Depuis plusieurs années, nous avons fait le choix d'accueillir dans notre ville de grande compétitions, nationales ou internationales. Souvent d'ailleurs dans des domaines sportifs moins connus mais tout aussi prenants et intéressants. Championnat du monde billard 3 bandes, Coupe de France de Monocycle, Eurocup de Footbike...etc et tout récemment bien entendu le Championnat d'Europe de Blokart (en attendant le Championnat du Monde ?) qui a rencontré un grand succès. Cette volonté est rendue possible grâce à nos dynamiques associations, et leurs bénévoles, et à des infrastructures de qualité. Et nous souhaitons continuer en ce sens, toujours, dans des domaines émergents.

Pourquoi une compétition e-sport ? Déjà, parce que nous possédons une salle idéale, la salle Etoile de Jade, parfaite pour accueillir les compétiteurs. En outre, comme dit précédemment, nous accompagnons principalement des sports, parfois originaux, qui se développent actuellement. C'est le cas de l'e-sport. Précédemment plus fortement implanté dans les pays asiatiques, ce nouveau sport a désormais dépassé les frontières, comme l'a montré récemment l'accueil du championnat du monde de League of legends à l'AccorHotels Arena fin 2019. Cet événement, soutenu par la ville de Paris, a suscité un engouement médiatique et populaire sans précédent. Les équipes, les joueurs, se sont professionnalisés et sont suivis par de nombreux supporters. Accueillir une compétition nous permettrait de toucher une génération plus jeune, même si l'e-sport donne désormais l'impression pour la première fois d'être sorti de ses frontières générationnelles. Pour cela, nous voulons postuler à l'accueil d'un événement e-sport.






___________________________________________
Un jour, une action : réhabiliter le Lazaret de Mindin

Nous possédons à Saint-Brevin un patrimoine historique important. Mégalithes, Musée de la marine, Eglise…etc et bien entendu, le Lazaret de Mindin, situé sur le bord de l’estuaire de la Loire. Construit en 1862 à la suite d'une épidémie de fièvre jaune à Saint-Nazaire, ce bâtiment a une histoire riche liée à l’évolution de notre ville.
A l’époque, il avait été réalisé à proximité d’un port pour accueillir les navires, les marchandises et les personnes arrivant par la voie maritime en provenance de pays infestés par les maladies contagieuses. Après quelques fermetures et une occupation (2nde guerre mondiale), un long travail de restauration et de construction commence à partir de 1946. En 1953, l’établissement hospitalier abrite plus de 600 patients et la prise en charge des enfants, adolescents et adultes handicapés ne cesse de s’accroître, nécessitant la construction de nouveaux pavillons et la rénovation des parties anciennes de l’établissement. En 1998, après délibération du Conseil Général de Loire-Atlantique, le site devient l’Etablissement Public Médico-Social de Saint-Brevin-les-Pins. Le bâtiment d’origine du Lazaret a été quant à lui petit à petit abandonné au profit des bâtiments plus fonctionnels.
Idéalement situé le long de la Loire à Vélo, voyant passer tous les jours de très nombreux promeneurs et cyclotouristes, le Lazaret est malheureusement dans un état de délabrement avancé.
 
Qu’allons-nous faire ? Nous rénoverons ce Lazaret. C’est un élément important du patrimoine brévinois et nous souhaitons le sauvegarder.
Pour cela, nous pourrons nous appuyez sur la souscription publique que nous avions appuyé, portée par la fondation du patrimoine et destinée à lever des fonds pour le rénover, en partenariat avec les établissements de Mindin, qui en sont actuellement les propriétaires, et le Département. La somme a été bloquée et pourra être utilisée.
Nous sommes actuellement en discussion avec le Conseil départemental travaillant à la meilleure solution juridique pour agir rapidement. A terme, et réaménagé, ce lieu pourrait servir de lieu d’exposition et de visite sur le chemin de la Loire à Vélo.






___________________________________________
Un jour, une action : développer la pratique du vélo

Notre ville est idéale pour la pratique du vélo du fait notamment de sa faible déclivité et de son climat océanique à l'abri des Pins. Nous le constatons au quotidien, de plus en plus de personnes utilisent ce mode de déplacement. Adultes, écoliers...etc, ils sont nombreux à emprunter à vélo chaque jour nos rues et allées. En outre, idéalement placée à l'intersection des grands itinéraires cyclables (Loire à Vélo, Vélocéan et Vélodyssée), notre ville accueille chaque année plus de cyclotouristes (les chiffres de l'éco-compteur le montrent bien). Durant tout ce mandat, nous avons réalisé de nombreux aménagements avec des marquages, des bandes ou des pistes cyclables. Des actions de sensibilisation ont été effectuées régulièrement. La fête du vélo rencontre d'ailleurs beaucoup de succès. Nous avons aussi développé un point accueil vélos l'été à Mindin, qui vient compléter la navette, mise en place avec le Conseil Départemental, pour franchir le Pont.

Quelles actions ? Pour autant, il reste beaucoup à faire. Notre ville possède 193 km de voirie, nous ne pouvons bien enntendu tout réaliser d'un coup. Il convient donc de planifier et continuer nos efforts en créant toujours plus d'aménagements cyclistes. Une des priorités est de relier des pistes, coupées par moments, et de renforcer ainsi la cohérence d'ensemble. Les événements seront par ailleurs confortés et d'autres imaginés. Sans oublier l'amélioration du point vélo à Mindin. Nous voulons aussi augmenter le nombre de parkings à vélos, sécurisés, insuffisant à l'heure actuelle.







__________________________________________
Un jour, une action : moderniser nos écoles

C'était là une priorité. Des moyens matériels et humains sont indispensables pour la bonne marche de chaque école. Pour que les apprentissages s'y déroulent au mieux, il faut que les élèves, leurs professeurs, les agents et les administratifs évoluent dans des conditions optimales de confort, d'équipement et d'accessibilité. Les agents communaux jouent d'ailleurs un rôle essentiel dans le fonctionnement des écoles. Ils interviennent quotidiennement pour le bien-être des enfants : surveillance, nettoyage des locaux...
A cela s'ajoute d'autres services comme par exemple la restauration scolaire (où nous avons fait le choix fort d'une cuisine centrale, permettant de diminuer le coût pour les familles) ou des sorties pédagogiques financées par la ville, afin de contribuer à donner du sens aux apprentissages en favorisant le contact direct avec l'environnement extérieur. Nous avons aussi beaucoup investi durant de mandat pour améliorer les bâtiments. On retient souvent les réfections importantes comme celles de Dallet - Les Pins et de Paul Fort (suite à la tornade de novembre 2018), mais ce sont avant tout des travaux quotidiens.

Que comptons-nous faire ? Nous poursuivrons et accentuerons nos efforts. La jeunesse, les 1159 écoliers comptabilisés à la rentrée 2019, constituent un objectif prioritaire. Nous continuerons ce programme de mise en sécurité et de restructuration des écoles avec cette volonté de moderniser les locaux pour produire moins d'énergie et offrir un meilleur cadre de travail aux élèves, aux agents et aux enseignants. Si les mois de juillet et août riment avec vacances pour les élèves Brévinois, nous profiterons de cette période pour multiplier les interventions dans les écoles.





___________________________________________
Un jour, une action : reprendre la gestion des plages
 
Notre ville possède plus de 8 km de plages. Ce domaine public maritime est géré actuellement par l’Etat, qui décide des lots, donne l’autorisation pour les manifestations, encaisse les redevances…etc. La Ville doit pourtant se substituer à l’Etat à différentes occasions (en cas de pollution notamment). Or, depuis un décret de 2006, les communes peuvent devenir concessionnaires de l'État pour la gestion de leurs plages. C’est ce que nous voulons et avons acté lors du dernier Conseil Municipal de 2019.
 
Dans quel but ? De façon évidente, ce changement de gestion nous permettra de reprendre en main la préservation et la conservation du domaine public maritime tout en développant l’attractivité de notre littoral. Nous pouvons ainsi imaginer développer de nouvelles activités sur l’ensemble du front de mer de la ville. Les possibilités sont nombreuses et diverses (cabines de plages, jeux, mobilier sportif, restauration…etc). Nous pourrons aussi intervenir pour améliorer l’esthétique et le visuel des constructions, lesquelles seront accordées sur un temps plus long permettant aux exploitants d’investir. Les demandes de manifestations événementielles seront traitées plus rapidement. Il est important de préciser que cette gestion sera effectuée par la Mairie, et non déléguée à une société privée comme dans d’autres villes. Les échanges ont commencé avec l’Etat avec, donc, cet objectif de gérer les plages, développer les activités s’y déroulant, indispensables pour une commune touristique comme la nôtre, tout en préservant notre environnement unique, envié.




___________________________________________
Un jour, une action : créer une commission mixte de la culture
 
A Saint-Brevin-les-Pins, nous avons mis en place plusieurs commissions dites extra-municipales. Créées par délibération du Conseil municipal et composées de citoyens et d'associations concernés par les sujets traités, elles permettent de les associer à la vie de la commune et de favoriser le dialogue avec les élus, de faire appel aux compétences des habitants et plus globalement, de faire vivre la démocratie locale en donnant la parole aux citoyens. Nous avons ainsi installé un conseil des enfants, un conseil des sages mais aussi une commission mixte environnement. Et maintenant, nous souhaitons en créer une dans le domaine de la culture.
 
Pourquoi ? Vous le savez peut-être, nous avons commencé à réorganiser notre service culturel, avec la volonté, non pas d'arrêter ou de renier ce qui est fait, mais bien de continuer à développer nos actions et manifestations dans ce domaine, à faire toujours plus et mieux. La future commission mixte culture s'inscrit dans cet objectif. Elle permettra de réunir les différents acteurs culturels, les associations, des brévinois, dans le but de profiter de leurs idées, de coordonner au mieux les événements et d'en développer de nouveaux, notamment hors saison. Et ainsi, offrir, toujours, une saison culturelle de qualité, accessible au plus grand nombre, aux brévinois.




________________________________________________
Un jour, une action : améliorer le Brévibus
 
Nous avons mis en place à Saint-Brevin-les-Pins un transport collectif interurbain, appelé le Brévibus, complètement gratuit, financé par les entreprises (via ce que l'on appelle le versement transport). C'est un choix, fort, que nous avons fait et qui est, de plus en plus, copié par d'autres villes. Ce reportage diffusé sur France 3 en fin d'année dernière en explique le fonctionnement : https://www.youtube.com/watch…
 
Qu'est-ce que nous comptons faire ? L'améliorer, le développer, tout simplement. Nous souhaitons pour cela augmenter le cadencement, la coordination avec les bus Lila, notamment au niveau de notre pôle multimodal de la Bresse, et mettre en place les horaires les mieux adaptés pour desservir le marché, les commerces et services (cinéjade, aquajade, centre municipal de santé...etc). Certains arrêts seront redéfinis et leur mise en accessibilité se poursuivra. Pour ce travail important, nous pouvons nous appuyer sur une étude très précise, de qualité, réalisée par Guy Ferré, qui était un membre du Conseil des Sages et qui a évalué les différentes possibilités. Une expérimentation est programmée avant la fin du contrat qui se termine fin 2020 avec, aussi, la volonté d'utiliser à terme des véhicules électriques. Bien évidemment, le Brévibus restera gratuit.




_________________________________
Dans notre programme, en cours de distribution, nous avons indiqué détailler chaque jour un de nos projets.
Pour commencer : la mise en place d'un budget participatif
 
A l'heure actuelle, les habitants sont impliqués par différents moyens (permanences de quartier, réunions publiques, enquêtes publiques, commission extra-municipales...). Nous avons créé aussi des citoyens référents. Mais, nous pensons que nous pouvons aller encore plus loin. Nous souhaitons notamment mettre en place un budget participatif.
 
Qu'est-ce que c'est ? Le budget participatif vise à favoriser l'implication directe des citoyens dans la vie de la commune. Concrètement, il donnera la possibilité aux Brévinois de proposer et de choisir des projets d’investissement pour leur territoire, leur quartier.               
Ainsi, chaque année, une enveloppe financière sera déterminée et un appel à projets lancé. Les Brévinois proposeront leurs idées dans le respect de critères objectifs. Certains projets seront retenus et réalisés, après avis notamment du Conseil citoyen (un autre projet que nous évoquerons prochainement).
Ce mode d'implication est en train de se développer actuellement et permet aux habitants d'agir pour leur ville.




______________________________
La première partie de notre programme :

Photo Photo


 

 

Nous contacter
 
Photo 06 81 65 47 78 Photo  Nous écrire   Photo     Photo     Photo
Continuons d'agir pour Saint-Brevin
Édito|Actualités|Équipe|Programme|Photos|Mentions légales